De l’intérêt… du mois de Janvier

SONY DSC

Le mois de Janvier est une frontière. Dans sa brume naît la nouvelle année, tandis qu’au loin, Noël demeure un gisant en attente de sa résurrection future… Janvier a des pudeurs mortifères de jeune fille : il pare la nature d’un linceul de givre, il chante la poésie du bois mort découpant ses ombres chinoises dans le ciel bleu et franc d’un jour glacial. Chaperon impitoyable, il oblige à se couvrir des pieds à la tête, châtiant la moindre parcelle de peau nue par une morsure à la vengeresse froidure. Geôlier atteint de surdité, il nous garde reclus dans nos habitations, nous faisant écouter nos instincts pantouflards : ‘Un théâtre ce soir ? Non ! Quelle folie…! J’aurais bien aimé, cependant restons plutôt au chaud…’ Mais Janvier, c’est aussi le charme infini de la bougie que l’on allume en fin d’après-midi, du chocolat de cinq heures qui apaise les âmes tourmentées de flocons, du chat qui s’étire au coin du feu, de l’air du soir chargé de parfums de bois brûlé, de la lune pleine regardant, grise et impassible, l’humanité entrer dans l’engrenage d’une nouvelle année. Janvier est une parenthèse dans le temps, une halte ouatée qui se traine avec la paresse royale des paons avant de reprendre la course.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s