Un coup de Trafalgar

"En amour, comme à la guerre, pour en finir, il faut se voir de près." Napoléon
« En amour, comme à la guerre, pour en finir, il faut se voir de près. » Napoléon Ier. (à gauche, tableau de La Bataille de Trafalgar. A gauche le livre de Valérie Trierweiler)

Un coup de Trafalgar, ça se mitonne comme un polar, mais ça se mange froid comme un blizzard. Un coup de Trafalgar, c’est le pion que l’on avance l’air de rien, l’œil aux aguets, froideur d’airain. Un coup de Trafalgar, c’est une flotte de navires transperçant comme une flèche des bâtiments pourtant en nombre, c’est la victoire inattendue terrassant l’honteux vaincu. Un coup de Trafalgar, c’est l’estocade finale de l’Amiral Nelson à Villeneuve, Carlos et Napoli. Un coup de Trafalgar, c’est moche et c’est vachard. Un coup de Trafalgar, c’est une balle tirée en plein cœur, tête froide ancrée, balle acérée. Un coup de Trafalgar, c’est un chien de sa chienne qui mord très fort, tous crocs dehors. Un coup de Trafalgar, c’est un ouragan qui renie tout et ne laisse rien. Un coup de Trafalgar, c’est un traquenard. Pan ! Pan ! Trop tard…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s