Contre la Selfisation du Monde

Heureusement, nous avons échappé à ça...
Heureusement, nous avons échappé à ça…

Tu veux ton quart d’heure de célébrité, pauvre truffe ? Tu vas l’avoir, mais fais vite, car d’autres se bousculent au portillon. La gloriole sera d’autant plus fracassante que la chute sera sans merci : rapide, irrémédiable, brutale.

Au début de ce millénaire, l’humanité avait encore le retardateur de l’appareil photo. Sa fiabilité foireuse réservait des surprises au moment du développement sur papier, aussi hasardeux que coûteux. Cette contrainte économique cantonnait les égos à deux prises maximum, sous peine de finir ruiné et aigri par tant de malchance. Le Dieu Kodak nous avait trahis. Décidément la vie était moche. On naissait photogénique ou pas. Faire partie de la seconde catégorie revenait à être de ceux qui creusent, comme l’aurait dit Clint Eastwood.
Et puis, le troisième millénaire s’est installé, les objectifs d’appoint ont été remplacés par le sacro-saint portable aux multiples pouvoirs, dont celui de la prise de vue au choix : par devant ou par derrière. Pour le malheur de l’humanité, en même temps que les réseaux sociaux, le selfie s’est propagé à la manière d’un poison annihilant l’intelligence et l’altruisme. Les beaux paysages ou les jolies choses seraient nos faire-valoir. Pour peu que l’on pose dans un environnement de caractère, le succès risquait d’être total.

Le selfie est un entre-soi dont l’onanisme relève plus de Rihanna que de Proust. Où est la « chambre à soi » tant louée par Virginia Wolf ? Cette part d’ombre et ces petits bonheurs vécus en solitaires sont désormais sacrifiés sur l’autel des vanités facebookiennes. Adieu la crique secrète où l’on s’est baigné un soir d’été ; jetés en pâture l’émotion égoïste, les souvenirs que l’on devrait taire à jamais : son pied nu laissant une empreinte dans le sable, ce dîner délicieux et impromptu dans une trattoria de Rome, ce kaki isolé sur un plaqueminier* automnal perdu dans un jardin brumeux… Tous ces souvenirs, toutes ces beautés, ces alcôves archivées, buzzées vulgairement, youtubées, converties en notifications nouvelles dégueulantes sur les réseaux sociaux… pour enlaidir tout cela, il suffit de rajouter l’affreux hashtag de rigueur. Ce signal aux airs de capos achèvera de saccager vos plus beaux instants, les enfermant dans une prison de mots-clefs où le suggestif n’a pas sa place. La popularité virtuelle est à ce prix.
Nous sommes tous devenus des pantins poseurs, des Warhol du pauvre avec nos I-machin chose. Tu veux ton quart d’heure de célébrité, pauvre truffe ? Tu vas l’avoir, mais fais vite, car d’autres se bousculent au portillon. Dans la lessiveuse sans fond qu’est internet, l’éblouissement durera le temps d’une comète. La gloriole sera d’autant plus fracassante que la chute sera sans merci : rapide, irrémédiable, brutale. Pour se réapproprier son trône, il faudra à nouveau remplir ce Tonneau des Danaïdes, il faudra redoubler de créativité, réinventer une vie géniale, des instants VIP, tweeter plus haut que ses fesses. La privation d’intimité vaut bien des like.

Dernière ignominie en date : la perche à selfie. Plus besoin d’appeler le commandant Cousteau avec sa caméra intrusive éclairant les profondeurs. Dans les abysses du monde, nous voici devenus de tristes mérous stagnant devant l’Œil de Caïn avec la pose universelle de rigueur: lèvres en cul de poule pour les demoiselles, regard d’un chiot délaissé à la fourrière pour ces messieurs… Armée désolante de clones aux expressions formatées. N’est pas Robert Mitchum et ses yeux de cocker triste ou Marilyn avec sa moue façon yes my heart belong to Daddy, qui veut. Hollywood fera toujours mieux que nous. A quoi cela sert-il de vouloir se construire une légende avant d’être mort ?
Au lieu de contempler un paysage, de vivre un moment unique, la nouvelle bienséance veut qu’on s’auto-immortalise et qu’on l’envoie promptement par voie satellitaire. L’instantanéité coupera le plaisir de conter plus tard ce moment unique, de trouver les mots pour le décrire, de laisser à son interlocuteur la liberté de l’imagination. Le caporal hashtag sera là pour remettre dans le droit chemin les impudents qui auraient l’audace de dévier d’un octet vers un ailleurs fantasmé. Un très sec « Ah oui, j’ai vu ça son ton facebook… », au ton désintéressé calculé pour les plus mesquins, tuera dans l’œuf votre enthousiasme à parler de vos dernières vacances en Italie. Alors le dialogue tournera en rond. Tout a été dit sur votre journal de bord. Ce maudit bûcher des vanités a brûlé toutes vos cartouches. Votre séjour entre les collines vallonnées arrosées de Chianti, tout le monde est déjà au courant et tout le monde s’en fout. D’ailleurs, sur la toile, Philibert a déjà pris la relève, faisant baver l’assistance avec son meeeeeeeeeeeerrrveilleux trekking sur le Machu Picchu. Bâton de pèlerin et Jérusalem aux pieds, certes, mais i-phone high-tech au taquet pour montrer combien il est au-dessus de vous géographiquement et spirituellement. « En-tiè-re-ment détaché des choses matérielles », qu’il dit dans son commentaire. Le tout pompeusement conclu par le quadrillage de rigueur, menottant les mots captifs : hashtag bonheur, hashtag momentunique, hashtag paixretrouvée, hashtag MachuPicchu, hashtag LesCitésd’Or, hashtag LOL. Soyez-sûrs que tout le monde louera son esprit d’à-propos et son impertinence verbale, par signaux sioux virtuels, c’est-à-dire un « like » aussi bébête qu’impulsif. L’autoportrait fraichement posté sera probablement suivi d’un « MDR » aussi malvenu qu’un livre de Thackeray entre les mains de Nabilla. La vanité étant une ressource inépuisable, la foire peut continuer éternellement.

Robert Mitchum dans La Nuit du Chasseur ou l'art du selfie sans en avoir l'air...
Robert Mitchum dans La Nuit du Chasseur ou l’art du portrait sans en avoir l’air d’un selfie à la con…
Pendant ce temps, Justin Bieber se prend tout nu et tout seul dans un champ...
Pendant ce temps, Justin Bieber se prend tout nu et tout seul dans un champ…
Beyoncé prête à tout pour son image... le Louvre et ses statues deviennent des arrière-plan censé être des faire-valoir
Beyoncé prête à tout pour son image… le Louvre et ses statues deviennent des arrière-plan censés être des faire-valoir. On préfère l’élément en marbre.
La perche à selfie ? Même Barack Obama est dubitatif...
La perche à selfie ? Même Barack Obama est dubitatif…
Dans les années 50, le selfie sans écran de contrôle était beaucoup plus sportif... n'est-ce pas Marilyn ?
Dans les années 50, le selfie sans écran de contrôle était beaucoup plus sportif… n’est-ce pas Marilyn ?
Parler de selfie sans évoquer Nabilla et sa moue de truite ? Non mais, allô quoi ... !
Nabilla et sa moue de truite. Méfions-nous, elle peut encore remonter du ruisseau…
Avec un pola', on a un résultat instantané... Thema et Louise
Avec un pola’, on a un résultat instantané… Thema et Louise, 1991.
Un des selfies les plus intelligents qui soient. Celui de Vivian Maeir, nounou à plein temps et photographe amateur à ses heures. Cette passionnée fit des milliers de photos de la vie quotidienne dans les années 50-60 à New York. Découverte dans les années 2000, de nombreuses expositions lui ont été consacrées. Dont une à Paris, en 2013.
Un des selfies les plus intelligents qui soient. Celui de Vivian Maier, nounou à plein temps et photographe amateur à ses heures. Cette passionnée fit des milliers de photos de la vie quotidienne dans les années 50-60 à Chicago, New York et dans d’autres coins des Etats-Unis. Découverte en 2008, la photographe a eu depuis de nombreuses expositions qui  lui ont été consacrées. Dont une à Paris, en 2013.(  Vivian Maier 1926-2009)
VM1955W03420-05-MC
Vivian Maier, autoportrait, Chicago.

VM1957W03410-07-MC

Vivian perdue dans...Chicago ?
Vivian perdue dans…Chicago ?

 

Vivian fait la roue...
Vivian fait la roue…
Vivian avait compris l'intérêt des lolcats avant l'heure...
Vivian avait compris l’intérêt des lolcats avant l’heure…

 

Plus qu'elle-même, Vivian Maier aimait photographier le monde qui l'entourait...
Plus qu’elle-même, Vivian Maier aimait photographier le monde qui l’entourait…
... Surprendre les gens dans leur quotidien....
… Surprendre les gens dans leur quotidien….

 

... Surprendre les gens dans leur quotidien....
et pas toujours dans leur bons jours…
Vivian Maier
Vivian Maier
Rien n'échappait à son objectif...
Rien n’échappait à son objectif…
Pas même les âmes songeuses dans le tumulte new-yorkais....
Pas même les âmes songeuses dans le tumulte new-yorkais….
... ou dans Central Park  (1955).
… ou dans Central Park (1955).
Ou des  moments comme celui-là...
Ou des moments comme celui-là…
...même les marins dans Grand Central, New York....
…même les marins dans Grand Central, New York….
Finalement, rester anonyme a du bon... (Central Park 1954)
Finalement, rester anonyme a du bon… (Central Park 1954)
Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Les photos de Maier sont exceptionnelles et montrent que pour se photographier soi-même il faut avoir…. du talent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s