… et puis on a recommencé.

Petit à petit, l’aigreur avait repris sa place. Avec, le matin, les tronches de pas-contents de subir cette proximité obligatoire imposée par le métro, les gueules patibulaires du mal-réveillé qui peste comme un lundi, les attachés-caisse qui défoncent la mémé fragile sur le quai. Progressivement, les mesquineries métropolitaines avaient repris leur train-train. On croyait avoir…

La plus Belle Déclaration d’Amour

Pas besoin de réserver un restaurant hors de prix, d’investir dans un champ de roses qui faneront au bout de deux jours ni d’offrir une boîte de chocolats cul-cul en forme de cœur. La plus belle déclaration d’amour peut être brutale, drôle, un brin cynique, même. « Tu sais, mon cimetière, il est en Lombardie….

Le Désespoir de la Galette

Mal levé, le Royaume se transformera en piège étouffe-chrétien. Ne comptez pas sur le champagne pour vous rafraîchir, vous venez d’avaler Bob l’Eponge. Il faudra vous sortir tout seul de ce pétrin ou bien crever, minablement lyophilisé. Damned ! Elle était là ! Trônant au centre de la table, elle attirait tous les regards. Telle…

Contre le Terrorisme, mangeons du Pain Poilâne

Il faut manger du pain Poîlane. Car c’est le pain des humbles pécheurs, authentiques et discrets. Oui, il faut manger du Pain Poîlane en mémoire de Cabu, grand Duduche assassiné un triste matin de janvier. Une légende raconte que le dessinateur binoclard en avait toujours dans sa sacoche, en cas de grande fringale. Tranquillement, dit-on,…

La Tête d’Ours du Nouvel An

Il ne sait pas pourquoi, bon en, mal en, il a accepté, une fois de plus, cette petite sauterie de fin d’année qui revient comme le chiendent entre les pavés. Engoncé sur sa chaise, flûte en verre à la main, reliquats de bûche dans l’assiette, il a l’œil des mauvais jours, la bouche qui tire…

Et maintenant, on va où ?

Après les attentats de Paris, j’ai envie de vous offrir ces paroles magnifiques d’un grand poète, Claude Nougaro, dans sa chanson « Tu verras« . Pour continuer à espérer et à vivre. Malgré tout. Ah, tu verras, tu verras Tout recommencera, tu verras, tu verras L´amour c´est fait pour ça, tu verras, tu verras Je ferai plus…

Godmother Fucker

Un hochement de tête des parents bannira tout soupçon concernant votre susceptibilité à apprécier la géniale contorsion orthographique dénommant le précieux mouflet, fruit de recherches laborieuses et d’engueulades dissimulées sous une montagne de dragées. Ne devenez jamais Marraine. Ni mère, ni nounou, ni instit’, ni copine vis à vis du divin enfant, cet entre-deux inconfortable…

La Momie

Foutez-moi la paix avec ma peau ! Je ne veux pas être une Jane Fonda insupportablement saine, dents refaites et peau d’albâtre. Je lui préfère de loin une Melina Mercouri burinée par le soleil grec, usée par la clope et l’Ouzo. Une femme vraie qui a accepté que l’or solaire accordé à sa peau la…

Le Grand sommeil du petit Fauve

Dors petit chat noir, Etonnante panthère, Miniature meurtrière. Dors, longues pattes noires, Fourrure en miroir, Profil têtu, museau menu. Dors, réglisse brillante. Dors, grâce étirée, Petit crâne noir et renfrogné. Dors, longueur luisante. Dors, beauté, panthère, ténèbres. Dors, mystère ronronnant. Nul ne sait si ton vrombissement du fond des âges exprime colère ou contentement. Dors,…

Damned, not you, Mr Steed !

Le sport, très peu pour Steed. Tous ces David Beckam courant en boxer Dim pour des millions d’euros, cette exposition permanente du muscle, du couillu, du poil, du biceps, il considère cela comme inutile et vulgaire. Partir la veille du mois de juillet, quel coup de Trafalgar, Mr Steed ! Alors, ça ne vous tente…

Le Choix du poil dans la Baignoire

Rincer ou pas. Dans cet acte à priori banal se décidait un choix politique, éthique même. Il était là, reluisant dans toute sa splendeur d’ébène, contrastant avec la blancheur clinique de l’émail. Ses spirales libres tordaient sa fibre drue et virile. Il gisait, solitaire et vaillant au milieu de toute cette immensité sanitaire. Il était…

Le Rire de Romy Schneider

Il était magique le rire de Romy Schneider. Pour commencer ses yeux d’amande se contractaient en un pli irrésistible, faisant disparaître ses deux prunelles aigue-marine dans une flaque en demi-lune. Les lèvres s’entrouvraient sur une dentition parfaite, des perles de nacre encadrées par un sourire mutin avant le grand saut : la mâchoire se déployait…